L’accès à l’eau potable grâce à ORISA pour la communauté de Ti Maska

Plastic Bank, une entreprise sociale créée en 2013 à Vancouver par David Katz et Shaun Frankson, oeuvre pour l’eau potable.

L’activité de Plastic Bank est la dépollution plastique des océans et des côtes aux quatre coins du monde. Ce plastique qui est collecté sur les plages, dans les océans et dans les décharges non réglementées est monétisé ou échangé contre des objets ou des services. C’est ainsi que le déchet plastique ramassé devient une ressource et même “une monnaie d’échange” qui permet de lutter contre la pauvreté. C’est dans ce cadre de lutte contre les inégalités et la pauvreté que Plastic Bank a déployé des purificateurs à eau ORISA® avec ses partenaires haïtiens Konbit Plastik et le chapitre « Haïti-New Jersey » de l’association Partenaires des Amériques.

  • ORISA® water filter - distribution in Ti Miska, Haiti by Plastik bank - Fonto de vivo

La situation de l’accès à l’eau saine en Haïti

Haïti est un des pays les plus pauvre d’Amérique centrale et du monde. La Direction Nationale de l’ Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) estime que moins de 50% du pays bénéficie d’une couverture en eau potable. 50% de personnes consomment une eau de qualité douteuse et/ou récupérée dans des conditions pénibles 74% de personnes avec un accès limite ou sans accès a des sanitaires et/ou à un cadre de vie sain.

Réduire les maladies hydriques au sein des familles

Sur la zone, 50 purificateurs ORISA® et des seaux ont été distribués à la communauté Ti Miska, composée de 286 personnes dont 167 enfants, installée au coeur de la montage. La communauté ne dispose d’aucun accès à l’eau en réseau, ni d’installations permettant de traiter l’eau. C’est pour cette raison que les familles et en particulier les enfants sont régulièrement touchées par des maladies hydriques. Les équipes de Plastic Bank, Konbit Plastik et l’association Partenaires des Amériques ont formé les bénéficiaires à l’utilisation et l’entretien du purificateur. Ainsi, ils disposent d’une eau saine, leur permettant d’être en meilleure santé.

“Le problème d’accès à l’eau demeure majeur. Nous apportons de l’autonomie aux personnes qu’elles soient en situation d’urgence ou de développement humanitaire.”

David Monnier, ancien humanitaire, Président et co-fondateur de Fonto de vivo.Interlocuteur pour vos programmes humanitaires dédiés à l’accès à une eau saine.

“Adapter et rendre abordables les technologies de filtration aux usages de chacun, pour relever les défis sociaux et écologiques de notre époque.”

Anthony Cailleau, représentant France des projets en Colombie, Directeur Général et co-fondateur de Fonto de vivo.Interlocuteur pour l’aide au développement et à la coopération internationale.